garder-cerveau-jeune-sain

Garder un cerveau jeune : Quelles activités ? Pourquoi ?



Le cerveau est la partie du corps la plus complexe. Tous les jours des recherches sont menées afin d'en découvrir plus sur cet organe plein de ressources.

Le cerveau est élastique et se régénère constamment, à condition qu'il soit entraîné.

Le cerveau a la capacité de se régénérer complètement même après une amputation de plusieurs lobes ou un accident cérébrale et cela aussi après la cinquantaine. C'est ce que l'on entend par «plasticité» ou «élasticité» du cerveau, avec des efforts un cerveau peut se remettre d'un nombre inimaginable de dommages.

Cette idée a vu le jour dans les années soixante, George Bach-y-rita, un jeune psychiatre americain, fit une découverte révolutionnaire. Après un AVC, son père, Pedro Bach-y-rita, se retrouve paralysé et les docteurs ne sont pas très optismiste : ils pensent qu'il restera paralysé toute sa vie et d'après eux, il ne lui reste pas longtemps à vivre. Cependant George est determiné et il n'a pas l'intention de laisser son père dans cet état. Avec l’aide de son frère il commence donc à réapprendre à son père tout, tout depuis le début comme on ferait avec un enfant. Avec un de ses amis, il entraîne le viel homme tout les jours sans relâche. Ils lui apprennent d'abord à ramper, puis marcher à quatre pattes et après quelques mois Pedro peut marcher, une vraie victoire pour George !

Après un an, Pedro a retrouvé la majorité de ses facultés physiques. Il peut redonner des cours à la fac, faire du sport ... les docteurs n'en reviennent pas. Il meurt de causes naturelles six ans plus tard. A la grande surprise de George, 97% des nerfs liant le cerveau de pedro à sa colonne vertebrale étaient detruits. Mais les 3% restants avaient été developpés au maximum.

Cela veut tout simplement dire que le cerveau est avant tout un muscle et il faut qu'il fasse de l'exercice pour rester en bonne forme.

On parle ici de constamment apprendre de nouvelles choses, toujours relever de nouveaux défis intellectuels.

Vous pensez peut-être que votre cerveau mature est plus endommagé ou plus lent qu’un cerveau plus jeune. Il est vrai que les jeunes ont des cerveaux plus rapide, mais les cerveaux plus expérimentés connaissent beaucoup plus de raccourcis : les heuristiques. Face à un problème compliqué, une situation particulière et nouvelle, un jeune cerveau ira automatiquement dans une réflexion longue et approfondie, un cerveau plus mûr, trouvera dans la plupart des situations un lien avec une expérience précédente et de ce fait le cerveau aura une idée des directives à suivre afin de résoudre le problème. Un cerveau entraîné d’une cinquantaine d’années sera alors tout autant et parfois plus efficace qu’un cerveau de 20 ans.

Si vous souffrez de stress, découvrez de nouvelles méthodes pour le combattre.

Un grand nombre de neurones n’est pas égal à une grande l’intelligence.

Plus on vieillit, plus on perd de neurones et plus notre capacité à en produire de nouveaux décline. Mais ne vous en faites pas, un grand nombre de neurones n’est pas synonyme d’une grande intelligence. Les neurones ne sont pas très utiles s’ils n’ont aucun moyen de communiquer entre eux... c’est là qu’interviennent les synapses. Les synapses sont les liens entre les neurones, leur moyen de communication et de transmission d’informations. Avec le temps , on gagne de plus en plus de synapses, et c’est la quantité de synapses qui assure un cerveau sain et fonctionnel. Les synapses forment des “raccourcis” afin d’économiser de l’énergie et de traiter les informations plus rapidement. Plus vous avez de synapses plus votre cerveau est performant.

De plus, nos neurones fonctionnent comme des miroirs. Notre cerveau est «neuro-social». Lors d’une interaction, les zones de notre cerveau stimulées et celles de notre interlocuteur sont les mêmes. Cette découverte à été faite complètement par hasard par le scientifique Giacomo Rizzolatti. Giacomo ce jour là travaillait sur le cerveau de macaques, il y avait dans son laboratoire plusieurs primates munis de casques à résonance magnétique. Rizzolatti part en pause déjeuner et il voit un des macaques devant lui en train de le regarder. Il tend sa main vers un sandwich, l'animal reste immobile mais en regardant l'Irm du singe, le scientifique se rend compte que la partie active du cerveau du macaque est celle du geste de lever la main, il renouvelle l'action plusieurs fois avec les même résultats. En d'autre mots, même si le singe n'est pas celui qui fait l'action de prendre le sandwich les mêmes signaux sont envoyés à son cerveau que si il était auteur de l'action.

De plus, notre cerveau est sensible au stress. Dans notre cerveau, l’hippocampe est la partie qui contrôle l’humeur, la mémoire, la concentration et l’acquisition des connaissances. Quand on est stressé pendant longtemps l'hippocampe ne fonctionne plus correctement. Vous perdez une partie de votre mémoire, vous avez du mal à continuer à apprendre, et votre humeur devient maussade, sans que vous parveniez à faire quoi que ce soit. Il existe maintenant des appareils de mesure grand public, qui permet de mesurer votre taux de stress en temps réel.

Enfin, l’exercice physique améliore la plasticité cérébrale, ce qui augmente la production de synapses et globalement entraîne de meilleures performances du cerveau.

Enfin, l’exercice physique améliore la plasticité cérébrale, ce qui augmente la production de synapses et globalement entraîne de meilleures performances du cerveau.

  • Apprenez constamment. Que cela soit un nouvel instrument, une nouvelle langue il est important de toujours apprendre de nouvelles techniques et d'avoir des intérêts et activités variés. Cela favorise la création de nouvelles connexions cérébrales.

  • Fréquentez des personnes intéressantes. Si vous souhaitez garder un cerveau en bonne santé, il est important de fréquenter des personnes dynamiques, joyeuses, etc, etc.. Si vous fréquentez des personnes dépressives, (on n'a parfois pas le choix), il faut alors équilibrer en fréquentant des personnes pleines de vie.

  • Faites en sorte de gérer régulièrement votre stress. Des méthodes existent, qui permettent de réguler le stress. La méditation, la cohérence cardiaque, etc..

  • Pratiquez une activité sportive de manière régulière.

Cela vous permettra de garder un cerveau jeune, quelque soit votre âge.

Conserver un cerveau en bonne santé grâce à son alimentation. Comment ?

Afin de garder un cerveau en bonne santé, il est indispensable d'avoir une alimentation équilibrée, riche en vitamines A et B, en antioxidant, en acides gras polyinsaturés, mono-insaturés et oméga 3.

Les acides gras polyinsaturés et monoinsaturés permettent de limiter les risques de dépression.

Les vitamines A permettent d’améliorer la plasticité cérébrale, de favoriser la production de synapses voire de neurones.

Les vitamines B permettent de réduire les risques de schizophrénie.

Les antioxydants réduisent les risques de maladie d’Alzeimer et de Parkinson.

Les omegas 3 permettent de réduire les pensées suicidaires.

Globalement, vous devez favoriser les aliments suivants :

  • noix, graines, poisson, épinards (acides gras polyinsaturés),

  • huile d’olive (acides gras mono-insaturés),

  • poisson (acides gras oméga 3),

  • fruits et légumes (vitamines),

  • café (une consommation régulière réduit de 17% le risque d’AVC),

  • chocolat noir (une consommation régulière réduit de 20% le risque d’AVC),

  • raisin, épinards, brocolis (antioxydant),

et consommer le moins possible les aliments déséquilibrés (trop sucrés ou trop gras) : bonbons, sodas, chips, charcuterie, beurre, sel.

Aller au début de l'article